L’Eden est à l’Est

A l’assaut de la Forteresse de Besançon - les 17 & 18 mai 2008
mardi 20 mai 2008
par  Cergy Pontoise GR

Vendredi 16 mai 2008

Vendredi 10h – Laure, les cadettes DF3, les juniors DF3 et les benjamines DF1 arrivent en Gare de Lyon et s’installent dans le train direction Besançon.

Vendredi 10h05 – Laure, inquiète, appelle Béa (NB : habitant à 10 minutes à pied de la Gare) : « Euh… T’es où ? » « T’inquiète pas, j’arrive », se rendant compte que son taxi l’a plantée et que finalement à pied, c’est plutôt 20 min que 10…

Vendredi 10h06 – Laure, dépressive, ne veut même pas appeler Marion et Léa qui habitent pourtant à quelques stations de métro.
Vendredi 10h10 – Béa saute sur son voisin : « Z’avez une voiture pour m’emmener à la Gare de Lyon ? »

Vendredi 10h20 – Béa, fière d’elle, appelle Laure : « Laure, pour info, le TGV c’est voie 15. Moi je suis arrivée… » - se rendant compte qu’elle est en face de la voie F et que la voie 15, c’est juste à l’autre bout. (Si vous suivez, Laure est déjà dans le train… avec les filles… Donc pas la peine de crâner).

Vendredi 10h23 – Laure, un chouille vraiment dépitée, désabusée appelle Béa : « T’aurais pas des nouvelles des filles (Marion et Léa) ? » Béa : « Ah bon ? Y a plus en retard que moi ? »

Vendredi 10h24 – Béa appelle les filles. Elles : « On sort du métro, on arrive ». Béa croise Ballainvilliers et leur jette un « Vous êtes en retard ». Direction la voiture 15 qui se trouve être à l’autre bout du quai. (Si vous suivez toujours, Béa s’est tapé la gare + le quai et habite toujours, enfin soit disant à 10 minutes à pied).

Vendredi 10h25 – Béa, installée dans le train, appelle les filles qui lui répondent « Attends, Marion vient de me dire qu’on a croisé des joueurs du Stade Français ».

Vendredi 10h25 et 15 secondes – Laure : « Non mais là, elles vont le louper… »

Vendredi 10h26 et 15 secondes : Léa et Marion apparaissent « à la cool » sur le quai, lunettes de soleil sur la tête et pas pressées… Etape 1000000 de la gestion des filles de Laure depuis Cergy : « Toi, tu prends ton ticket et tu t’assois ! »

Vendredi 10h27 : Léa et Marion montent dans le train et lancent : « ça va les filles ? ». Regard même plus désabusé de Laurette…

Vendredi 10h45 : tout le monde est assis. On est bien parties. YOUPI !


Vendredi 10h54 : les benjamines ont faim… Laure : « C’est pas possible… Il est même pas 11 heures. Des estomacs à 2 pattes, celles-là »


Vendredi 11h45 : les vieilles passent à table. Les vieux…faut pas changer leurs habitudes. Et donc, font profiter tout le wagon de la fantastique salade de quinoa et du flan préparés amoureusement par Laure.

Vendredi 13h, arrivée à Besançon. Tout le monde va bien. Le soleil est même là. Tom Ford, Gucci, Persol, Chrome Hearts de chez … CHUT pas de marques… sont de sortie.

Vendredi 13h02 : on nous avait dit que les gens en Franche-Comté étaient hyper sympas… 1er exemple : ils nous emmènent de la Gare au Palais des Sports en minibus pour les échauffements en musique.

Vendredi 13h20 : accueil de folie. Ces championnats de France commencent bien.

Comme le plus important, c’est la journée de dimanche, les filles ont fait des passages correctes en musique et ont pris leurs marques.
Les Juniors à la plage... Euh non à l'entraînement

Retour à l’hôtel et plouf dans la piscine. Les benjamines se sont fait des supers copines chez les Benja de Ballainvilliers. Les juniors ont pété les plombs jusqu’à 4 heures du matin. Les cadettes, exemplaires, ont dîné en silence et impeccablement coiffées.

Samedi 17 mai 2008

Le programme de la journée : détente, église, piscine, coiffure et un peu de GR pour le bonheur des yeux.
Après un petit-déjeuner gargantuesque, départ pour le centre-ville de Besançon. L’attente du bus est interminable : nous décidons de terminer à pied. "C’est loin ?" Nous : "Non non au coin de la rue..."
On nous avait parlé des remparts de Bensançon, du vieux centre-ville et ... des boutiques. Nous ne pouvions quand même pas passer à côté. L’éducation des petites en dépendait !

Les Juniors avaient quant à elles décider de renflouer le club de Cergy en fredonnant devant l’Eglise de la ville, le répertoire français. Résultat : 0 euro dans la poche mais de nombreux admirateurs... Enfin, des pigeons plutôt.

Les cadettes, toujours exemplaires, attendaient bien sagement l’extinction sonore du répertoire de chansons.

Quant aux benjamines, elles continuaient d’acclamer et de sauter dans les bras des Juniors.
Après avoir laissé quelques dollars à l’Eglise, grande séparation. Les benjamines repartent à l’hôtel pour un dernier plouf dans la piscine, accompagnée des cadettes, bien décidées à se reposer. Les "vieilles" ont quant à elles décidé d’aller admirer le spectacle gymnique dans le Palais des Sports bondé de spectacteurs.

Notre programme : encourager le splendide ensemble DF1 Seniors de Créteil et les Villanchers d’Evry Juniors et Seniors avec notre petite Léa.
21h, extenction des feux pour tout le monde. Après la détente, il est temps de laisser place à la concentration. Les nœuds dans l’estomac commencent à se former. Nous venons de prendre conscience que le Championnat de France, c’est demain.
Petit ange de la GR, si tu nous entends, accompagne les filles dans de doux rêves étoilés.

Dimanche 18 mai 2008

Réveil à 7h. La matinée est consacrée aux deux ensembles DF3. Accompagnées des gentils organisateurs, nous quittons l’hôtel sous la pluie en direction de la salle d’échauffement.

Le hasard veut que nos deux ensembles se présentent sur le praticable à deux passages d’intervalle. Les échauffements se passent en douceur. Les filles sont tendues mais répètent avec rigueur et concentration les passages délicats de leurs enchaînements. Les rires de l’aller laissent place au recueillement lors du trajet qui nous ramène au Palais des Sports. L’enjeu est important : c’est la dernière compétition de l’année, il ne faut pas faire d’impasse. Les dernières recommendations d’usage et c’est l’entrée en scène. Notre mot d’ordre au ruban : de l’amplitude et de l’amplitude. Les précédents passages nous ont démontré que les autres ensembles paniquent très rapidement. A la corde, du dynamisme.

Les DF3 Juniors/Seniors ouvrent le bal. Un passage en demi-teinte : le dynamisme est présent mais pas à son apogée. Un petit nœud en milieu de programme n’enlève rien dans la composition de l’enchaînement. Tout passe.
Quelques minutes après, les DF3 Cadettes s’avancent. Il devient alors difficile de regarder, de filmer, d’espérer tout en surveillant du coin de l’œil la note. Un cri s’échappe du public : les Juniors gagnent le haut du classement. Pendant ce temps, les Cadettes enchaînent difficultés sur difficultés et maintiennent le dynamisme jusqu’au bout.
La note tombe : elles prennent la tête de la compétition, ex aequo avec un autre ensemble. Elles sont reléguées à la seconde place, départagées par la note Artistique.
Les minutes sont longues à l’attente du palmarès. Le verdict tombe : les DF3 Cadettes sont Vice-Championnes de France et les DF3 Juniors/Seniors remportent une magnifique 4ème place.

L’interlude d’une heure nous permet de souffler et de nous remettre de nos émotions. La compétition continue et les petites rêvent de suivre les traces de leurs aînées.

L’échauffement est propice aux larmes de peur "porte-bonheur". Et si... et si... Les conseils affluent, le calme doit s’installer. Premier championnat de France à ce niveau. Nos cinq petits cœurs s’avancent sur le praticable en 3ème position.

C’est à ce moment-là que nous, entraîneurs, nous prenons conscience d’un fait important : le ballon, ça roule. Et oui... C’est drôle à dire et à lire mais notre impuissance se fait ressentir. Le stress est différent : nous connaissions la maturité des cadettes et des juniors sur un tapis. Pour les petites, la surprise peut toujours apparaître. Nos doigts croisés, nous laissons le destin décider des 2 minutes 30 suivantes.
Et tout se passe sans encombre : le passage est très propre, carré et très enlevé. Des difficultés parfois imprécises et un petit lâcher pourtant bien repris parsèment ce magnifique enchaînement. Les commentaires des spectateurs sont agréables à entendre.
Les petites s’installent en tête du classement bien vite détrônées par le magnifique ensemble des DF1 Benjamines de Ballainvilliers.
Après de longues minutes, le verdict tombe : les DF1 Benjamines se placent en 7ème position du classement final. Une magnifique place pour leur première année à ce très bon niveau.

Parallèlement avait lieu la Finale des Villanchers Juniors et Seniors. Après un premier passage la veille en demi-teinte, le passage de l’ensemble n°1 Junior d’Evry de dimanche efface les erreurs de la veille. Léa, Océane, Emie, Violaine, Manon et Samantha décrochent le titre de Vice-Championnes de France au ruban.

En résumé
Une médaille d’argent, une place d’honneur et une 7ème place... Que dire de plus : QUE DU BONHEUR !

Un immense BRAVO à nos 3 ensembles pour leur perfomance pendant ce week-end !

Toutes nos félicitations à Laure pour la qualité de la composition des enchaînements et pour le travail accompli sur ces ensembles. Tu les as menés à leur objectif final. Bravo !

Un immense coup de chapeau aux organisateurs de ce Championnat de France. Nous avons hâte de revenir chez vous ! Quel accueil, quelle gentillesse !

Et pour les travailleurs de l’ombre...
- Merci à Léa, Marion et Béa pour leur soutien durant ce long week-end
- Merci aux parents d’avoir été présents pour soutenir leurs enfants
- Clin d’œil à la délégation de Ballainvilliers pour ces moments partagés entre rires et larmes
- Chapeau bas à Sophie pour avoir tenu le coin du tapis pendant un week-end en juge de ligne. Finalement, tu avais la meilleure place
- Merci à tous les CergyGRssois(es) pour le soutien que vous nous avez apporté à distance
- Merci aux adorables chauffeurs de navettes de nous avoir conduites de droite à gauche par tous les temps