L’or, c’était déjà fait... L’argent, ça brille pas assez. Le bronze, c’était parfait !

Tourcoing, dimanche 30 mai 2010
dimanche 30 mai 2010
par  Cergy Pontoise GR

Dimanche matin, 6h30. Le réveil est difficile, la fatigue se fait ressentir mais la motivation est toujours présente.

Place à nos belles DN4. Les dernières semaines d’entraînement ont été comblées de trous. Qu’il est difficile de faire coïncider 5 agendas de filles en étude, en stage, en partiels, de vacances, de jours fériés... Brrrr il fallait donc compter sur l’expérience de chacune.

Car elles en ont toutes ces filles de l’expérience. Entre Jojo et Fanny qui ont usé des heures durant, leurs demi-pointes au pôle. Quant à Emeuh, Titi et Alix, on se souvient de vous en poussines... (Merci Martine de nous avoir montré ce bel album retraçant le parcours des inséparables).

9h et quelques minutes plus tard, l’ensemble s’avance sur le praticable. Le passage dont nous rêvions, ce n’était pas pour aujourd’hui. Des rattrapés incertains, de nombreuses imprécisions, un cerceau qui avait décidé de rejoindre le public, là où le plus grand nombre d’engins auront décidé de converger tout ce week-end. A croire qu’il y avait un aimant à cet endroit là. Les « et si, on avait fait ça » pleuvent, tout comme les larmes de nos filles. Titi s’imagine en Inspecteur Gadget dont le bras bien allongé aurait pu rattraper ce cerceau qui avait décidé de rejoindre le public. Emeuh et Alix refont et refont mille fois l’enchaînement dans leurs têtes. Qu’il est terrible de voir des filles que nous avons vus grandir, souffrir de tristesse et de déception. Fanny Césarotto et Johanne Armand troquent leurs justos d’ensemble au profit de leurs tenues d’individuelles.

Dans les gradins, nous devons bien avouer que nos espoirs de médailles se sont envolés. Il ne nous reste qu’un simple souhait : que les individuelles se passent au mieux. Juste la simple envie de voir Fanny et Johanne prendre plaisir à passer. Juste l’envie de voir nos trois autres filles regarder avec bonheur leurs deux comparses.

Johanne entre en scène. La musique démarre et le silence se fait dans la salle. La magie opère comme elle l’a fait le jour où nous avons croisé Johanne au détour d’une université Cergyssoise. Dextérité et légèreté. La générosité de Johanne transparaît dans son enchaînement, et séduit les juges. Tout s’enchaîne avec grâce et facilité. La note grimpe, grimpe.

Fanny s’avance aux massues. Ah Fanny… Que dire. Il suffit de regarder nos têtes quand elle développe la jambe, quand elle se met à bouger. Cela fait 10 ans que ça dure de mon côté, et je reste fan. Et là encore, la magie opère. Souplesse et sensualité pour Fanita Banana ! Un passage réussi, c’est tout le mal que nous lui souhaitions. Et la note ? Elle grimpe aussi…

Admirez alors le public de DN dans les gradins. Des personnes amassées autour des rares personnes qui ont réussi à noter toutes les notes, sans en louper aucune. Des additions, des calculs d’apothicaire. Des regrets de ne pas avoir pris de calculatrice. Des comptes, des recomptes de notes… Elles seraient sur le podium ? C’est possible. On recompte.

Verdict : médaille de bronze. Et les larmes d’Emeline auront été les plus belles du week-end. La médaille autour du cou, enfin !

Bravo les filles ! Le duo avait ouvert la voie, vous avez su vous y engouffrer. Et assurer de belles prestations.

Si vous saviez combien nous sommes fières d’avoir contribué à accrocher à vos cous cette médaille de bronze ! Si vous saviez combien nous préférons vous voir pleurer de bonheur plutôt que de déception.

Et puis, et puis… L’autre fierté est tout de même un podium à couleur bien Val d’Oisienne. Bravo Argenteuil pour cette belle médaille d’or ! La joie de revoir la sublime Océane sur un praticable après une longue absence. Nous savions combien cette compétition était dure à appréhender dans ta tête. Comme nous te l’avons dit, tu étais belle. Peut-être pas parfaite comme tu aurais tant aimé l’être, mais quelle magnifique prestation ! Et puis, un grand bravo à Marine pour sa progression. Et chapeau bas à l’ensemble. Votre volonté d’y arriver a transparu dans votre passage. Cela a payé !